Face Écran — Daniel Bourrion

Subscribe to Face Écran — Daniel Bourrion feed
Updated: 1 hour 40 min ago

Les journaux du virus #27

13 hours 3 min ago

Je compte les mésanges. C'était hier ou bien le jour d'avant ou peut-être demain. Quelle sorte d'été, alors ? De l'autre côté de cette haie viennent des inconnus. Ce qui craque dans le silence, ce sont mes os, ma dentelle de tendons.

Les journaux du virus #26

Tue, 04/07/2020 - 07:20

Est-ce que vous m'entendez dans cette immobile distance ? C'est un grand vide — j'en sais tous les recoins. On parle de camions salués par une foule invisible. Un bateau entre dans le port, nul marin sur son pont.

Les journaux du virus #25

Mon, 04/06/2020 - 07:34

Une courbe de tableur pour horizon. Sur les sentiers je ferai demi-tour. Après-demain s'il y a encore quelqu'un. Dessous ton masque, personne ne t'entendra hurler. Une sirène chante dans le lointain — c'est la voix de la mort.

Les journaux du virus #24

Sun, 04/05/2020 - 08:54

Nous sommes la relève. J'ai la migraine depuis trois semaines. Nous faisons corps par lambeaux. Cette dévoration a nom de code. Plus un avion dans le ciel creux. Plus un nuage non plus. Tes cendres.

Les journaux du virus #23

Sat, 04/04/2020 - 10:00

Le dernier paquet de farine. Le dernier paquet de pâtes sèches. Jetez vos gants au moment de sortir. L'ombre d'un ciment. Son regard triste. Je ne sais pas te retrouver derrière ton masque.

Les journaux du virus #22

Fri, 04/03/2020 - 18:15

Le décompte continue. La grande baratte des morts. La machine respire pour lui. Je crois que c'est ta dernière page. Ta toux sèche de verre. Tes ultimes forces. Tes derniers souvenirs.

Les journaux du virus #21

Thu, 04/02/2020 - 07:49

Mes paroles sans rivière, tu les porteras ailleurs. Je sens un printemps arriver. Plus personne n'entend rien. De hier, nous ne voulons plus. La pluie lessive les avenues lacérées.

Les journaux du virus #20

Wed, 04/01/2020 - 07:45

Des trampolines fendus par la tempête. Ta voix a tellement changé. C'est donc une ville habitée de pleines herbes. Les machines poursuivent leur tâche, pour la loi du marché. Il y a avait ces fleurs — elles sont toujours mais tu ne peux plus les voir.

Les journaux du virus #19

Tue, 03/31/2020 - 08:11

L'ennemi est dedans. Les pavés retrouvent souffle. La nuit, des animaux viennent chaparder la nuit. Je cherche un masque, comme toi. Bientôt le vent aussi, pour charrier des cadavres.

Les journaux du virus #18

Mon, 03/30/2020 - 07:54

C'est un très vieil ami dans sa cuisine chantant notre envie d'un ailleurs. Nous enterrons nos morts en une forme d'absence. Peut-être que ce ne sera pas toi. Je ne quitte plus mon masque.

Les journaux du virus #17

Sun, 03/29/2020 - 09:36

Ils partent par trains entiers pour arriver au même. Cette fatigue aux serres sans pitié. Laissez passer cette lumière en vous. Une brassée d'étoiles dessous le sol.

Les journaux du virus #16

Sat, 03/28/2020 - 11:00

J'ai rêvé d'une île sans bords. Dessine-moi un chemin creux. Le goudron n'a plus d'âme. À distance suffisante, à distance suffisante, à distance suffisante.

Les journaux du virus #15

Fri, 03/27/2020 - 07:48

Nous sommes des courbes statistiques. Ce vide grand comme une ville. Lui depuis son balcon large d'un coude, nous sur les toits, dans le bleu d'un ciel soulagé.

Les journaux du virus #14

Thu, 03/26/2020 - 08:04

Une fourmi errant. Je ne te comprends pas. Cet hôpital est infesté. Il reste des fleurs partout — des chants d'oiseaux, un Requiem, et les bourgeons en rage.

Les journaux du virus #13

Wed, 03/25/2020 - 07:44

Personne ici ne peut croire au miracle. Surveillez les constantes. Ce qu'on ne montre pas laisse supposer. Combien de temps à vivre sans vie ?

Les journaux du virus #12

Tue, 03/24/2020 - 13:37

Où pouvons-nous nous réfugier sinon en pleine mer ? Des silences s'insinuent. Une peur rêche de rocher. Ce pourrait être une agonie. C'est un fond de placard. La plus grande distance, celle de prudence.

Les journaux du virus #11

Mon, 03/23/2020 - 08:14

Il y a ces maisons vides dont les portes battent. Tu as le regard d'une avenue abandonnée. Je n'ai pas vu âme qui vive cette semaine. Le vent pourrait nous tuer. D'aussi loin que porte mon regard, la terre est verte maintenant.

Les journaux du virus #10

Sun, 03/22/2020 - 10:44

J'entends des voix et maintenant la mienne. Le tir à vue nous suffira. Cette insensible fatigue. Personne pour penser l'infini. Il reste une bicyclette salie au milieu de la rue. S'il reste quelque chose de toi ce sera quoi ?

Les journaux du virus #9

Sat, 03/21/2020 - 08:49

Seul le printemps, en oiseau malicieux. À l'horizon il n'y a plus que l'horizon. Par mes yeux, par ma bouche, par mes mains déjà lasses. Ta floraison tardive entre les rayons vides. Ceux qui se battent n'ont plus aucun visage.

Les journaux du virus #8

Fri, 03/20/2020 - 07:56

Des corps maintenant inutiles, et toi. Un ballon rouge sur le trottoir. D'ici tout semble serein quand c'est un cimetière. Dernière sommation ! Dernière sommation ! Nous comptons chaque jour comme le premier. Ces camions pleins de morts qu'on brûle dans de grands feux.

Pages