Home

Un vide de l’âme, sereine, et à l’assaut trémière, bousculant le lézard.

Moisissures ; ô vous frères humains et décharnés de route mangée ; je sais que tu reviens des antipodes mais là m'aurais-tu oublié ?   

Flonflons au loin et puis au proche, de nuit un feu, j'ai pensé bas mais quelqu'un tire et puis après tu peux dormir, nul combat ici ; dévoration, l'éclaboussure au béton gris droit et hautain ; de la promenade je ne sais que dire qui puisse encore, limite de langue, limite des mots —  la poésie seulement dépasse...

De loin un bloc ciment gris blanc caché en frontière de campus, engageant comme rien, une chose soviétique, la première fois mon entrée là et les néons multicolores et puis l'effroi, le vide du mort récent mais s'en aller quand même chercher l'amphi, ma place au fond choisie de suite et puis gardée toujours ensuite, cette seule qui m'allait, celle du...

Il n'y avait rien et puis plus rien et même plus toi ; de mensonges à nouveau le jour, une habitude, on sape au coeur le réel ; l'oubli revient en avant-garde d'un été.

Aller retour et plusieurs fois consciencieusement se perdre, dans le métro, le bus, les couloirs longs sales tristes, le hall et ses vigiles, tout cela raconté déjà ici, le lieu m'a marqué pour longtemps, cette ville-lumière je ne la voyais pas comme ça grise sous la pluie...